Croisade*Noire
Vendui et bienvenue Invité sur le forum de la Croisade*Noire.


Forum officiel de la Croisade*Noire
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tapis dans les hautes herbes [FDC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iymril
Prêtresse (P5)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 165
Age : 35
Guilde : croisade*noire
Rang : Mère Matrone de la maison Ousstryl, chef du conseil des Matrones
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/01/2007

Parchemin de description
Race:
Niveau:
0/0  (0/0)
Obsades:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Tapis dans les hautes herbes [FDC]   Dim 23 Nov - 16:32:09

Tapis dans les hautes herbes,
les formidables mâchoires des félins, déchiraient l’enveloppe délicate du cou d’un cervidé.
Léchant d’une langue avide le sang qui coulait des plaies, leurs grognements montrait leur satisfaction.
Ils stoppèrent net.
Les oreilles se redressèrent, pointées vers le bruit qui avait troublé leur festin.

Une nouvelle proie ?

Les corps souples se déplacèrent imperceptiblement pour se placer sur la route de leur prochaine victime.
Cachés, les gueules à demi-ouvertes découvrant des rangées de crocs luisants,
leurs yeux lançaient des éclats avides, en attente du gibier.
Un humain apparu, se déplaçant lentement, les yeux rivés vers le sol.
Les muscles des fauves se tendirent, calculant le saut qu’il leur faudrait effectuer pour fondre sur leur victime.
Génétiquement sculpter par la nature pendant des millénaires, dans un seul but, tuer,
tous sens en éveillent, les prédateurs allaient frappé.

Leurs narines frémirent …
suspendant momentanément l’attaque.

La vie est un cycle sans fin, le puissant mange le faible, le dominant se situant en haut de cette échelle.
Cette reconnaissance est inné pour les animaux, il en va de leur survie.
Elle l’est beaucoup moins chez les bipèdes aux instincts aseptisés.

Leur cellules odorantes venant de les replacer sur cette échelle,
les tigres firent rapidement demi-tour et disparurent laissant la place à d’autres prédateurs,
au combien, plus inquiétants…

Utilisant le complexe langage gestuel de leur race, deux elfes noirs échangèrent silencieusement des informations.
Les pisteurs lancés aux trousses des Chinurus à l’issue de la bataille de l’île des sages, avaient enfin retrouvé leur traces.

Les troupes combinés du Pacte de la connaissance avaient débarqué sur l’île des chasseurs à la suite de leurs éclaireurs.

Cette île, à la faune et la flore abondantes et très hostile, était dépourvu d’habitant.
Les légendes rapportent qu’une civilisation d’homme tigre avait peuplé cette endroit,
Il n’en reste plus de trace à part les nombreux tigres qu’y prospèrent.
Les récits laissés par les explorateurs relatent que là bas, les moustiques, ils ne te piquent pas, ils t’empalent !
Que la misère est tellement grande que des oiseaux y volent à l’envers.
Que la présence de nombreuses failles temporelles, expédieraient les voyageurs dans des mondes parallèles,
pour les ramener sur l’île quelques minutes, heures ou jours plus tard pour les plus chanceux.
Enfin la végétation, elle même se déplacerait; Une île dangereuse et mystérieuse…
Seules quelques aventuriers, chasseurs et boucaniers s’y rendaient pour rechercher
aventure et fortune dans le commerce des peaux et de la viande.
Et lorsqu’ils y parvenaient, ils devaient également échappés aux tueurs de tout acabit, attirés par un butin facile.

Les vaisseaux avaient mouillé sur le rivage sud, le seul qui s’y prêtait.
Elfes du Chaos et de la Croisade Noire, ainsi que le royaume d’Armêlia, avaient déployé leurs troupes
le long des côtes afin que nul ne puissent leur échapper.

Un des pisteurs arriva en courant près de la grande tente qui accueillait les états-majors.

- Mère Matrone

L’elfe reprenait son souffle.

- Vous les avez retrouvez !! Parle !!!

Iymril s’était redresser, impatiente de passer à l’action.

- Oui Mère Matrone, au centre de l’île, près d’une grande stèle.

- Ils ont observé le vol des oiseaux migrateurs, puis au coucher du soleil,
ont suivi un axe composé de la stèle et de deux arbres mouvants comme on en trouve ici.
Ils ont compté leurs pas et creusé le sol et en ont sorti une plaque, Mère Matrone.


- Hum notre intuition était bonne. Mais comme diable possèdent-ils ses renseignements ?!
Nous devons les capturez, récupérer l’objet.
Je les veux vivants !
Nous devons les faire parler.


Les paroles d’Iymril raisonnaient encore, qu’elfes et humains s’élançaient à la suite de l’éclaireur,
pour cette chasse à l’homme.

La meute de guerrier fondirent sur les Chinuru, tel des loups sur une brebis égarée.
Leur visage ébahis montra qu’ils ne s’attendaient pas à pareil réception.
Cependant ils se ressaisirent très vite et montrant une connaissance certaine des lieux
Ils s’enfuirent en courant au milieux du labyrinthe de la végétation.
Les promesses de prîmes avaient décuplé la force de leur poursuivant.
La meute, inoxérablement se rapprochait d’eux, les arbalètes ne furent pas utiliser,
Ils devaient les prendre vivant. L’hallali fut sonné.

Acculés, n’écoutant que leur courage, deux des Chinurus s’arrêtèrent armes à la main,
afin de couvrir la fuite du troisième qui possédait l’objet convoité.
Ils se battirent comme des diables, convaincus que leur vie allait se finir là.
Et se fut le cas …
Assoiffés de sang pour les uns, emportés par leur élans pour les autres,
les chinurus furent couvèrent de blessures.
Si bien que le combat ne s’arrêta, qu’à leur trépas …

Le troisième avait repris un peu d’avance, la meute s’élança de nouveau.
Le Chinuru rescapé commençait à montrer des signes de fatigues,
alourdi et ralenti par la pierre il se dirigeait vers la cote.

Ses derniers espoirs s’évanouirent lorsqu’il se retrouva face à un groupe de guerrier
qui lui barré le chemin de la mer.
A quoi bon d’ailleurs, puisque les hautes falaises lui interdisaient toute échappatoire.

Le bougre n’était pas à bout d’arguments, il jeta la pierre qu’il tenait précieusement,
dans de profonds fourrés, situés en contre bas.

Marquant un temps d’arrêt,
les guerriers se précipitèrent dans la broussaille, taillant les arbustes de leurs épées pour la retrouver.

La meute déboula sur les lieux, pour voir le Chinuru se jeter dans le vide.

- Il va s’écraser comme un vieux fruit Mujaho !

Puis s’approchant du bord.

- Là !!
- Il vient de faire surface, incroyable !


En effet, le Chinuru nageait vers une petite barque voilée à bord de laquelle l’attendait un compagnon.

- La pierre, je viens de retrouver la pierre !!!

Un Armëlien tenait l’objet de valeur.

Les dirigeant arrivèrent enfin.
La joie d’avoir récupérer un fragment, amoindrie la déception d’avoir laissé s’échapper le Chinuru.
Iymril était convaincue que leur chemins se recroiseraient.
Tous contemplaient le fragment.
La seule certitude qu’avait montré l’analyse du précèdent fragment était leur nombre et
que la clef n’avait point encore été découverte.
Du sang coulera encore avant qu’elle ne le soit.

_________________
Pour la plus grande gloire de Narthe !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tapis dans les hautes herbes [FDC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Excusez-moi du retard, je me suis fais attaquer par des pokémons sauvages dans les hautes herbes!
» Dans les hautes herbes ~ feat Alfajiri
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Bug Hautes Herbes
» Hautes herbes, aucun combat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Croisade*Noire :: Hors Role play :: Histoires-
Sauter vers: