Croisade*Noire
Vendui et bienvenue Invité sur le forum de la Croisade*Noire.


Forum officiel de la Croisade*Noire
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Abrégé de culture Drow. Chapitre III.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oslo
Gardien (G4)
avatar

Nombre de messages : 1873
Localisation : Où coule le sang ...
Réputation : 135
Date d'inscription : 03/11/2006

Parchemin de description
Race: Elfe noir
Niveau:
65/65  (65/65)
Obsades:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Abrégé de culture Drow. Chapitre III.   Dim 24 Déc - 7:00:58

Code d’honneur :

Bien que cela puisse sembler étrange, les elfes noirs possèdent effectivement un sens de l’honneur. Toutefois, leur perception de cette valeur peut s’avérée très différente de ce que conçoivent les autres peuples. En effet, même si les luttes d’influence sont permanentes, certaines règles se sont imposées d’elles-mêmes. Par exemple, il est proscrit que les conflits armés internes se déroulent en publique, dans les zones dites « civilisées ». Ce système conduit les factions
rivales à se livrer à des duels codifiés ou à de véritables guerres dans les profondeurs sauvages de la terre. Un manquement à cette règle entraîne automatiquement l’application de l’impitoyable justice drow. Le geste n’est pas puni pour l’acte en lui-même, mais simplement pour la grossièreté de combattre en publique. De plus, au sein de leur caste, les drows sont loyaux envers le dirigeant mis en place, tant que celui-ci fait démonstration de son influence. Cependant, cette forme de respect est attribuée au poste et non à l’individu lui-même, qui pourrait changé subitement suite à un complot ou à une disgrâce.
Un drow intelligent servira ouvertement le dirigeant de sa Maison ou de son Clan, tant que cela reste dans le sens de ses propres intérêts et surtout s’il a lui-même un rang élevé. En effet, cela lui procure le soutient de membres plus puissants en cas de conflits internes ou avec une autre Maison. Bien sûr, il saisira toute occasion d’améliorer sa position en fomentant ou en infiltrant des complots pour les dénoncer par la suite, si cela peut lui rapporter. Le leader doit constamment démontrer sa force, car les dirigeants se faisant renversés sont ceux qui se sont révélés faibles et imprévoyants. Le chef du coup de force sera alors considéré comme ayant plus de valeur, jusqu’à ce qu’un nouveau complot l’abatte à son tour. Il est à noter qu’en présence des autres peuples, aucune règle n’est de mise. Les elfes noirs ne pensent uniquement qu’à leur bénéfice personnel et la trahison envers un allié est considérée normale.

Danse :

Les elfes noirs excellent à la danse. Ils dansent au combat, lors du service religieux, lors de l’union charnelle et même dans la mort. La danse exprime leur don de grâce naturelle et les elfes tombent inconsciemment dans ses mouvements. Ceux qui sont considérés comme de bons
danseurs ne sont pas enviés pour leur art, mais pour leur talent plus élevé que la norme. La danse est appréciée lorsqu’elle tente la libido ou qu'elle extermine les ennemis, et les drows croient que les meilleurs danses sont celles qui font les deux.

Esclavage :

L’esclavage est la base de la société drows. Les esclaves exécutent toutes les tâches mondaines de nutrition et de maintien des villes et sont considérés comme indispensables. Dans certaines régions, le nombre d’esclaves dépasse largement la population drow, et souvent de plusieurs fois. Les humains et les orques font souvent du commerce d’esclaves avec les drows. Ils ont toutefois appris à se méfier d’eux. Les elfes noirs s’inquiètent beaucoup moins de la santé d’un serviteur que les autres peuples esclavagistes. L’esclave n’est pas pour eux un bien commercial ne devant pas être endommagé, mais simplement une paire de main. Si l’esclave est tué, il y en a des milliers d’autres qui peuvent le remplacer. Les esclaves doivent s’écarter devant les drows nobles et ne sont pas autorisés à regarder un elfe noir dans les yeux. Les esclaves
peuvent porter des armes uniquement lorsque leur maître noble les en autorise. Les humains, surtout les artisans, sont des esclaves précieux, mais sont considérés comme dangereux. Les drows mettent rarement les elfes blancs en esclavage, préférant simplement les massacrer. Les autres races peuvent également faire de bons esclaves, mais leur valeur dépend d’abord de leur servilité, puis de leur puissance. Les esclaves sont habituellement capturés comme prisonniers de guerre ou lors de raids et de pillages. Les drows considèrent inacceptable de mettre un membre de leur peuple en esclavage et sacrifient les traîtres plutôt que de les réduire à la servitude.

Fanatisme :

Comme la plupart des sociétés basées sur le mal et la décadence, la culture drow prévient les agressions sadiques qui pourraient totalement annihiler leur peuple en concentrant leur rage et leur haine contre un ennemi extérieur. Les drows enseignent à leur progéniture à détester tous ce qui vit en dehors des frontières de leur pays, spécialement les elfes bons. Ces derniers sont blâmés pour tous les maux et les injustices que les elfes noirs subissent au court de leur longue existence. Aussitôt que l’enfant apprend la douleur, il apprend à détester les elfes blancs. Les drows ne s’unissent que sous la bannière de la religion, où ils transforment leur haine n fanatisme religieux. Ils expliquent tous leurs questionnements par le biais des enseignements e Lloth. Sa doctrine est incontestable et les elfes s’y soumettent aveuglément. C’est ainsi que lasociété drow garde sa stabilité chancelante.

Hiérarchie sociale :

La société elfe noire est basée sur une hiérarchie très stricte, composée de groupes et de castes. Les nobles forment les maisons et les marchands forment les clans. Malgré la nature chaotique des elfes noirs, leur société est rigidement structurée et divisée. Les strates sociales ont virtuellement immuables. Un elfe noir peut s’avancer dans sa caste, certainement, mais il ne peut que très rarement la surpasser. Les drows cherchent continuellement à augmenter leur position dans la société et aux yeux de Lloth. Si cela vient au dépend de la vie d’un autre, le meilleur prendra le dessus. Cette situation mène même les elfes les moins puissants à défier les nouveaux venus pour assurer leur sécurité personnelle.
Les clans marchands sont généralement dirigés par des mâles qui forment un « cercle interne ». Les membres de ce cercle sont les plus expérimentés ou les plus riches marchands du clan. Déjà exclus par leur statut, ils n’ont aucun scrupule à établir des contacts avec l’extérieur et les autres races. Considérés comme secondaires par le pouvoir clérical, les Marchands sont en fait essentiels à la survie de la communauté, et cela leur confère une influence non négligeable même si elle reste occulte et surveillée. Dans les rangs inférieurs des clans, appelé le « second cercle », ont retrouve principalement des non drows de races variées. Dans leur ensemble, les clans marchands entretiennent des relations commerciales avec le monde extérieur, ce qui permet aux Maisons Nobles de survivre.
Les Maisons Nobles sont des structures monolithiques et hiérarchisées en fonction des liens du sang. Elles sont dirigées par une matrone, habituellement la prêtresse de Lloth la plus âgée de la famille. Son autorité est absolue et renforcée par les autres prêtresses sous ses ordres (en général ses filles ou ses soeurs). Toutes les femmes du sang de la mère, dans l’ordre de leur âge, se suivent dans le rang social. Elles n’ont toutefois aucune autorité tant qu’elles ne sont pas majeures et entraînées. En dessous des filles, viennent les officiers mâles de la Maison : le maître d’arme (chef des guerriers), le magicien en chef et le patron (le consort actuel de la mère matrone). des rangs peuvent être combinés et même tenus par ceux du rang traditionnel situé juste en dessous de la hiérarchie : les héritiers mâles de la Maison. Ces héritiers, fils ou frères de la matrone, obtiennent aussi leur rang en fonction de leur âge. Ils ne sont pas autorisés à regarder le visage des femmes ni à parler à moins qu’on ne leur ait adressé la parole ou qu’il en soit ordonné autrement. Ce traitement leur enseigne leur place de subordonnés dans la société elfe noire. Au-dessous des héritiers, viennent les « chefs de guerre » de la Maison (guerriers en charge des patrouilles, des groupes d’attaque et des gardes, sous le commandement du maître d’armes),
ainsi que les mages (sous l’autorité du magicien en chef). Sous les membres « de sang » et les officiels, viennent les guerriers ordinaires, les artisans, les serviteurs et les esclaves. Bien sûr, tous les titres accordés au sein d’une Maison peuvent être changés à la fantaisie de la mère matrone.
Son titre à elle ne se transmet qu’à la mort, souvent provoquée par sa fille aînée. Dans les sociétés qui vénèrent Lloth, c’est un acte mortel que de tuer une matrone qui détient encore la faveur de la déesse. Certaines d’entre elles règnent pendant des centaines, voir des milliers d’années, maintenue par leur travail assidu pour garder cette fonction. L’assassinat d’une mère matrone est souvent le châtiment d’avoir perdu les bonnes grâces de Lloth et implique soit une nouvelle administration de la Maison, soit le début de son déclin.

Divinités :

Les quatre divinités du monde originel des elfes noires sont :
Principalement, Lolth bien sûr, la terrible déesse araignée dont les toiles d'intrigue ont modelé la civilisation drow, mais aussi Eilistraee, déesse chaotique de la lune, bonne et adorée par les renégats,
Mais aussi des Dieux :
Ghaunadaur, le seigneur des limons et des vases,
et Vhaéraun, protecteur des voleurs et des ambitieux.
Adorés par un nombre retreint d’elfes, en particulier des mâles qui n’acceptent plus la dominance
des femelles. Leur culte reste caché et secret car ils sont impitoyablement chassés et tués.

Joaillerie :

La joaillerie est l’un des rares domaines de confection et d’art pour lequel les drows passent proches d’apprécier la beauté. La plupart des elfes noirs évaluent les objets pécunierement ou reconnaissent au moins le pouvoir et le prestige que représentent une belle pièce de joaillerie, mais l’appréciation va plus loin que cela. À toutes les occasions, quand ils n’ont pas l’intention de passer inaperçus, les elfes noirs des deux sexes s’ornent souvent de colliers, boucle d’oreilles, bague de nez, bague de lèvres, bracelets, épingles, bandeaux et parfois même de couronnes. La plupart de ces pièces ont un dessin complexe et contiennent plusieurs
gemmes. Ces objets intrigants et de belle confection ont une valeur certaine pour les autres peuples. Évidemment, la joaillerie confectionnée par les elfes noirs a souvent un thème aranéide.
D’autres thèmes religieux apparaissent aussi, mais la toile d’araignée est le croquis le plus communs.

Matriarcat :

La société drow est très matriarcale et les femelles sont considérées comme entièrement supérieures aux mâles. La plus basse femelle passe avant le plus important des mâles. On attribue aux mâles les postes de moindre importance comme le métier des armes ou la basse sorcellerie.
Les femmes, elles, commandent les rangs essentiels de la société. Ce sont les prêtresses, habituellement de la sombre déesse Lloth, Reine des araignées. Elles ont également la main mise sur le gouvernement, l’armée et le foyer. Utilisant l’intimidation et des moyens de châtiments intenses, elles gardent les mâles soumis et apeurés. Elles sont au sommet de la hiérarchie et gardent jalousement leur pouvoir contre les misérables mâles qui pourraient leur retirer. Leurs homologues masculins, eux, sont des guerriers efficaces, et peuvent même devenir prêtres ou magiciens de pouvoir mineur, appelés acolytes. Hors des communautés drows, on les rencontre très rarement sans autorité féminine. Les seuls groupes commandés par des hommes sont soit des streeakh, « escouades suicides », soit des dobluth (proscrits) qui ont rejeté la structure autoritaire
traditionnelle de leur peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Abrégé de culture Drow. Chapitre III.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» La culture française s'exporte
» Aros Blackslach...le drow maudit [Assassin Voleur]
» La culture UMP
» Nathrae T'risstree [ drow :]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Croisade*Noire :: Culture & elfes noirs :: Les drows-
Sauter vers: